Entretien
20.05.2022

« Le DEP représente aussi un avantage pour les professionnels de la santé. »

Dans le canton de Genève, la plateforme « MonDossierMedical» est en service depuis plus de dix ans. Début octobre 2021, elle a été remplacée par le dossier électronique du patient de la communauté de référence CARA, valable dans toute la Suisse et disponible dans les cantons de Fribourg, de Genève, du Jura, de Vaud et du Valais. Nicolas Müller* a vécu cette transition au premier plan.

*Nicolas Müller, directeur du Service de la santé numérique, de l’économie de la santé et de la planification, État de Genève

 

Monsieur Müller, vous avez accompagné pendant des années la mise en place de « MonDossierMedical.ch » dans le canton de Genève. Cette plateforme est désormais remplacée par la communauté de référence CARA, qui est certifiée au sens de la loi fédérale. Ce n’est pas un peu difficile pour vous ?

Non, je ne trouve pas. Le travail accompli dans le cadre de « MonDossierMedical.ch » a été passionnant et intense. Désormais, l’idée d’une gestion numérique des données de santé est mise en œuvre dans toute la Suisse. C’est un succès, et notre passage à CARA en fait partie.

 

En quoi le dossier électronique du patient de la communauté de référence CARA diffère-t-il de « MonDossierMedical.ch » ?

Le dossier du patient suisse repose sur des standards désormais établis à l'échelon fédéral. Il est beaucoup plus strict, notamment en ce qui concerne la sécurité des données.

« Le dossier électronique du patient est un plus pour l’ensemble du système de santé. »

 

Vous avez acquis une grande expérience en matière de gestion numérique des données de santé. Quel message voudriez-vous transmettre aux autres cantons qui ne sont pas encore très avancés dans ce processus ?

Le dossier électronique du patient est un plus pour l’ensemble du système de santé : dans un premier temps, ce sont évidemment les patients qui en bénéficient. Dans le canton de Genève, plus de 50’000 personnes étaient inscrites sur « MonDossierMedical.ch ». La plateforme comptait également 2’500 professionnels de la santé. Aujourd’hui, il s’agit de convaincre ces derniers des grands avantages que présente le dossier électronique du patient.

 

Qu’entendez-vous par là ?

Pour les personnes qui débutent dans le secteur de la santé, travailler avec des outils numériques relève presque de l’évidence. Nous avons toujours remarqué une grande ouverture d’esprit chez ces personnes-là. Par contre, les professionnels qui sont dans la branche depuis plus longtemps étaient un peu plus réticents, car cela implique un changement de pratiques professionnelles.

 

Comment expliquez-vous cette situation ?

Travailler avec un dossier électronique du patient implique des adaptations dans la pratique professionnelle ainsi qu'un changement de mentalité : du jour au lendemain, les médecins sont amenés à échanger avec leurs patients et leurs collègues des diagnostics et des informations sur les traitements. C’est quelque chose de nouveau, voire d’inhabituel pour beaucoup. Le dossier électronique place le patient en tant que client au cœur du système de santé. C’est bien connu : le client est roi. Une évidence qui n’en est cependant pas encore tout à fait une dans le secteur médical.

 

De nombreux professionnels de la santé redoutent une charge de travail supplémentaire.

Oui. Mais le dossier électronique du patient représente aussi un avantage pour les professionnels de la santé : il leur permet de travailler plus rapidement et plus efficacement. Par ailleurs, nous nous efforçons d’améliorer encore les solutions techniques, afin de l’adapter aux besoins des professionnels de la branche.

 

Dans quelle direction pourrait-on s’orienter ?

En introduisant par exemple des outils permettant un suivi au jour le jour des patients chroniques, et ceci par tous les professionnels en charge, afin notamment d'améliorer la coordination des soins.

 

Quels retours recevez-vous de la part des patients ?

De très bons retours. Dans le canton de Genève, la majorité des personnes ont reconnu les avantages du dossier électronique du patient. Pour les personnes âgées, il n’est pas toujours facile d’ouvrir un tel dossier. Nous avons donc mis en place des points de contact dans les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) afin de les soutenir dans cette démarche.

  

« Les personnes qui ne sont pas très à l’aise en informatique peuvent toujours solliciter notre aide. »

 

Comment les patients ont-ils réagi au fait qu’ils doivent désormais transférer leurs données de « MonDossierMedical.ch » vers CARA ?

La population coopère bien. Nous avons commencé tôt à transmettre les informations en écrivant directement à tous les patients de « MonDossierMedical.ch ». Les personnes qui ne sont pas très à l’aise en informatique peuvent toujours solliciter notre aide, par exemple aux points de contact prévus à cet effet aux HUG. Dans un avenir proche, il sera également possible de s’enregistrer entièrement par ligne grâce à la vidéo identification, comme on le fait déjà aujourd’hui pour l’ouverture de comptes bancaires.

 

Ce n’est donc pas le travail qui manque.

Non. Le passage à CARA n’est qu’une étape de plus vers la numérisation du système de santé. Nous allons continuer à développer le dossier électronique du patient en collaboration avec les personnes concernées et à simplifier son utilisation au fur et à mesure.

Testez vos connaissances sur le DEP

Que savez-vous sur le DEP?

Testez vos connaissances avec 10 questions! Voici un résumé des principales informations sur le DEP, avec une série de questions.